« Travel to teach in Thaïland », c’est tout d’abord l’histoire de Madeline et Onissa, deux amies de lycée, qui en deux semaines de cours au Bachelor, créent ce magnifique projet et décident de partir.

« On a vécu le projet viscéralement pendant six mois ! »

Dans le cadre de la matière Gestion de projet en première année de Bachelor, Madeline et Onissa sont parties un mois en avril 2017 en Thaïlande, dans une région pauvre du nord pour enseigner le français aux maternelles, primaire et lycées.

Onissa  :
« Je suis thaïlandaise, donc j’ai parlé dans ma langue maternelle avec eux. Cela faisait plusieurs années que je n’étais pas retournée en Thaïlande et j’avais aussi envie de revoir mon pays ».

Au démarrage, les questions de budgets se posent ; grâce aux cours de Gestion, elles étudient la viabilité du projet. Ces cours de gestion ont été essentiels !

« Dès qu’on a eu la validation de notre voyage après avoir soumis le projet et présenté le budget à notre Responsable de programme, nous avons mené des actions presque chaque semaine et lors des évènements de l’école : repas puis soirée pendant Hallowen, vente de muffins, et de gâteaux sur les marchés de Noël, à l’extérieur de l’Ecole ».

En organisant ce projet, elles apprennent à être directives, le travail d’équipe, le fait de se compléter et de connaître les forces et les faiblesses de son ou ses équipiers, à être autonome, responsable. Une fois sur place, plus aucune appréhension ne les tient ! Ce voyage leur a donné beaucoup plus de confiance en elles ; elles donnaient des cours parfois à trente personnes de leur génération, donc au retour l’appréhension pour les présentations orales en cours à l’Inseec a complètement disparu, « et même pour la vie de tous les jours », rajoute Madeline.

En chœur : « Faire des projets, c’est ce qu’on préfère à l’Inseec »

Et leurs projets professionnels ?

Madeline :

« J’aimerais faire du commerce international sur le continent asiatique. Ce qui me plait est de parler plusieurs langues. Le plus facile pour partir à l’étranger est de faire de l’humanitaire, mais mon projet professionnel est d’entrer dans une entreprise à l’étranger, en Asie ».

 Onissa :

« Je suis attirée par la haute joaillerie, mon idée persistante est que j’aimerais vendre ce que je produis, créer mes propres bijoux pour les vendre ».

Une chose est sûre : Madeline et Onissa ont l’envie encore pendant leurs études de partir faire de l’humanitaire, des activités avec des enfants des orphelinats et de s’occuper d’eux le soir.

Elles concluent sur une note très optimiste et avec un grand sourire :

« Lorsque l’on a une occasion de mener à bien un tel projet, ne surtout pas la perdre ! ; c’est une occasion en OR de faire des voyages pendant les études ! »

 

Se donner à fond, ça vaut la peine !

Résultat d’images pour logo facebookTravel to teach in Thaïland